22 mai 2004

Plaidoyé anti-anti-téléphones mobiles

Avec pour titre une contrepétrie aussi drôle que classique, M. Olivier Houdart du Monde nous sort un article pour taper (une fois de plus) sur les téléphones mobiles.

Résumé : Les utilisateurs de téléphones portables sont impolis, où va le monde, ah ma bonne dame je vous le demande ! (Et moi je me demande parfois où va Le Monde).

Je commencerai par répondre que les Français (on peut même dire les Européens du Sud) n'ont pas attendu ces téléphones mobiles pour ignorer complètement les bonnes manières. Plus simplement : un connard, même sans téléphone mobile, reste un connard. Le pauvre petit appareil fait pourtant de son mieux : aujourd'hui ils ont tous un mode vibreur, on a une messagerie vocale quand on ne peut pas prendre un appel et des messages textes pour communiquer quand on doit rester silencieux.

Encore, qu'un journaliste jette son fiel sur une invention récente n'est pas si notable ; il est même bien en retard dans le "mobile bashing", a moins de pratiquer ce sport depuis plusieurs années sans lassitude (chapeau bas). Mais je ne peux pas laisser passer la dernière partie sans rien dire.

[Il] existe un antidote à ces liaisons intempestives : des brouilleurs individuels de portables, disponibles sur Internet. Il suffit de taper brouilleur, ou jammer, sur un moteur de recherche.[...] Petit bémol : en France, ils sont interdits [...] mais quel bonheur d'usurper un peu de ces privilèges étatiques et de flâner avec autour de soi son petit halo régalien !

Formidable. Le Monde, le journal français qui fait référence nous incite à violer la loi, et nous dit comment faire. Qu'est-ce qu''on disait déjà, les Français ne respectent rien ? Si ces horreurs doivent rester interdites, c''est pour des raisons simples :


  • On est pas au Far West, chacun n'a pas a faire appliquer les règles - fussent-elles des règles élémentaires de savoir-vivre - lui-même par la force.

  • Ces engins emettent du bruit sur une large bande pour être sûr de bien tout bousiller. Résultat, tant pis pour le papy équipé d'un pacemaker qui traverse le "petit halo régalien" d'un maniaque anti-mobiles.
Dernier point : Petit bémol : en France, ils sont interdits (mais pas au Japon, où ils font fureur) nous dit le journaliste. Ils sont en vente libre, c'est vrai. On en trouve dans le quartier d'Akihabara a Tokyo. Mais j'aimerai voir les chiffres qui font écrire qu'ils "font fureur". Je ne connais personne qui en possède, et je ne pense pas m''être déjà trouvé dans le champs d'un de ces engins. Pourquoi les Japonais n''auraient pas recours à ces pratiques ? Parce qu'ils ont l'habitude de respecter les autres, que ce soit quand ils ont envie de téléphoner ou qu'au contraire ils n'aimeraient pas être dérangés.

1 commentaire:

lawren00 a dit…

Voilà tout à fait le genre d'article que l'on voit dans la presse où à la TV et qui me donne envie d'aller me plaindre à ma famille de France (pour une fois qu'ils pourraient servir à quelque chose). Dès qu'une invention tordue est créée ou queleque chose de choquand (pour quelqu'un de culture française) se passe dans le monde, on prend le Japon et on généralise sur toute sa population. Ici bien sûr, selon le journaliste chaque japonais à son petit mobile jammer pour chier son monde.
On se rappelle encore de cette grosse bourde ( http://static.xbox-mag.net/libef2.html ) créé par Libération et France 2 qui rejoint bien l'article que tu traites.
Avec ça on se dit que rien n'est changé et que ce n'est pas demain que les journaux aussi influent soient ils, mettrons de l'eau dans leur vin avant d'écrire des articles.