06 juillet 2005

Allons, z'enfants, de la patriiiiiieû...

...le jour du champ' est - arrivé ! Polom pom pom pom.

Eh oui, la semaine prochaine, c'est le 14 juillet. Et comme tous les ans, M. l'Ambassadeur de France au Japon et sa charmante épouse reçoivent les membres de la communauté française. Comme l'annonce ne l'indique pas, les conjoints des français sont aussi conviés à condition de prouver à l'entrée de la légitimité du couple (mariage ou PACS).

Du temps du très Chiraquien Maurice Gourdault-Montagne, aussi bon vivant que le grand Jacques (ce qui donne une idée des victuailles qu'il y avait à chaque fête nationale), chaque français pouvait faire entrer un(e) étranger(ère). Au final il arrivait que des couples de français fassent entrer un couple de japonais ; bref, c'était très (trop ?) ouvert. Depuis que M. Gourdault-Montagne a été appelé à de plus hautes responsabilités (sherpa du Président de la République), on a récupéré un Ambassadeur certes bloggeur, mais bien plus austère.

Alors bien sûr, il ne s'agit pas de stigmatiser les débauchés qui vivent en couple sans être passés devant le maire, mais plutôt d'éviter principalement deux phénomènes :
  • Le français play-boy qui va draguer à Roppongi le soir du 13, avec l'argument qui tue pour attirer une jeune innocente dans son lit : « Viens chez moi, et demain je t'invite à prendre un verre avec l'Ambassadeur de France au bord de sa piscine. » Je n'ai jamais essayé, mais avec une japonaise qui rêve de la place Vendôme, j'imagine que ça peut marcher.
  • Les petites malines bien renseignées qui se postaient à quelques mètres de l'entrée de l'Ambassade pour faire les yeux doux aux hommes seuls : « S'il vous plaît monsieur, faites-moi entrer à la réception de l'Ambassade... »
Si vous arrivez à passer les gendarmes qui gardent férocement l'entrée, que ce soit grâce à votre pièce d'identité française, votre conjoint français ou votre ruse (non, il ne faut pas essayer d'entrer sans être invité, c'est mal) vous trouverez à l'intérieur une tranche de la société française du Japon. Pêle-mêle des chefs d'entreprise, des détachés, des diplomates, des étudiants et des vacances-travail sans un rond... Et point de Fererro Rocher (les réception de l'Ambassadeur sont malgré tout un succès) mais du fromage, des desserts, du champagne, du vin...

Et pour les étudiants ou les ingénieurs allergiques au costume-cravate, faites quand même un effort. Vous risqueriez de causer du soucis à notre cher Ambassadeur et rabaisser encore l'image qu'il a de « la-France-du-Japon-d'en-bas ».

3 commentaires:

bikoko a dit…

Je me tate encore...je suis pas sur que mon boss francais ne trouve tres amusant que je me casse 3 heures du taf pour aller me peter la tete au champagne (plus dur apres le travail).

Soyons franc, le seul truc qui m'attire un peu c'est la bouffe (ah oui et voir la piscine dans laquelle mes amis VIA vont passer leur ete)

Et tu ne nous dit pas toi, tu y seras?

Erwan a dit…

C'est vrai que si tu as deja des amis qui y vont ca peut etre sympa, mais sinon il ne faut pas trop esperer. Enfin avec un patron francais, vous pouvez pas y aller tous ensemble ?

Ah oui au fait; je ne l'ai pas dit mais j'y serai.

ol a dit…

Moi je dis, mieux vaut etre au bord de la piscine à siroter du champ'