21 septembre 2005

Le Bout du Tunnel


Ceux qui me connaissent savent que je prépare une thèse de doctorat. Étudiant en thèse, c'est quelque chose de très différent d'un étudiant « classique », et très différent d'un salarié.

Contrairement à un étudiant, on n'a pas des cours, des examens et des projets pour accumuler des notes et des modules. Si c'était le cas, il suffirait de suivre les rails et on serait tous docteurs au bout de trois ans. Contrairement à un salarié, on est payé par des gens qu'on ne voit jamais (dans mon cas l'état japonais), et qui se fichent pas mal de savoir si on avance ou pas dans notre travail. Si on avait juste un employeur, il suffirait de faire ce qu'on nous demande, sans avoir en point de mire l'épreuve du feu de fin de thèse.

En bref, on travaille pour soi mais payé quand même, avec un but à très long terme. Si on se repose un peu, on ne s'en rend pas forcément compte parce qu'il n'y a ni examens ni employeur. On peut passer des mois à ne rien faire sans que ça ne dérange personne, et sans que le salaire ne s'arrête de tomber (chut, c'est un secret. Bon la bourse a une durée limitée quand même.) Sauf qu'on avance pas, et à un rythme comme ça on peut passer plus de 5 ans sur une thèse a faire du sur-place. C'est très mauvais pour le moral, pour les finances et pour la carrière.

C'est très difficile, plus difficile que je ne le pensais avant de commencer cette aventure. Il faut gérer un projet de 3 voire 4 ans, avec un but assez flou (« trouver de bonnes idées, en faire des articles qui seront acceptés dans des revues et écrire une thèse de plus de 100 pages »). Le risque est grand de se laisser aller à faire autre chose, à s'attarder sur des détails plutôt que d'avancer sur des choses publiables, à s'acharner sur des idées qui ne mènent nulle part... Même si le directeur de thèse est là pour aider, ça reste une traversée de l'atlantique en solitaire.

Mais heureusement, ma thèse touche (enfin) à sa fin. Grâce à un article dans un journal japonais accepté début août, j'ai le nombre d'articles de journaux requis. Ma thèse est prête. Il ne reste plus qu'à soumettre cela en France et au Japon, et faire une soutenance de 40 minutes dans chacune des universités. Quand j'ai vu cet après-midi mon collègue en début de thèse essayer de trouver son sujet, de défendre des idées encore bien maigres, je me suis dit que j'avais parcouru un sacré chemin. Et je suis bien content que cette partie-là soit derrière plutôt que devant.

Ah, si ma thèse avait été aussi simple que celle du petit Nicolas !

9 commentaires:

lawren00 a dit…

Eh ben bon courage pour ta soutenance !! Vendredi je dois soutenir mon mémoire (bon ok ça n'a rien à voir) fasse à 2 docteurs pendant 30 minutes !! Je commence à flipper !! T'as pas des conseils à me donner?

dovik a dit…

bon courage, bonne chance et félicitation pour le travail déjà abattu !

fura a dit…

Felicitations! J'en arrive au meme point et je comprends bien tout le soulagement que ca provoque... a condition de savoir quoi faire ensuite ;-)

Erwan a dit…

Oui, ça c'est la grande question aussi ce que je fais ensuite. Mais bon, j'ai quelques plans donc ça devrait aller.

lawren:
* Pour interesser ton public, commence par des choses tres simples. Pour expliquer le probleme et l'idée de ta solution, fais très simple.
* Pour montrer que tu as fait des choses intelligentes, termine par quelque chose de compliqué.

Et sinon, le plus important, n'utilise que des termes ou des concepts que tu maitrise parfaitement.

Olivier a dit…

Tu penses quitter le Japon, ou bien y rester encore un peu après ta soutenance?

Darks666 a dit…

Je suis dans la même situation que toi. Comment se fait il que tu aies aussi une soutenance en France? tu auras un doctorat dans les deux pays après tes soutenances?

Erwan a dit…

Olivier : Je pense rester au Japon après.

Darks666 : Je suis en co-direction, donc je candidate en effet pour un double diplôme. Mon inscription au Japon ayant été tardive par rapport à mon inscription française je n'ai pas pu faire de co-tutelle (= co-direction avec en plus un contrat entre les deux universités), ce qui m'aurait permis de ne faire qu'une soutenance pour les deux universités. Bon, même si les dates avaient collé il aurait fallu que les bureaucrates se mettent d'accord...

lawren00 a dit…

Malgré tes conseils, on m'a refusé mon mémoire !! arf ! Finalement je vais devoir en soutenir un en anglais en corée du sud pour valider mon diplôme français !! crap !

Erwan a dit…

C'est dommage... Ca se passera mieux en Coree!